Accueil >> ACTUALITÉ ET PRESSE >> Paroles d'experts

Paroles d'experts

Entretien : le développement de Natixis en Afrique

Hélène Karam, responsable de l’Afrique au sein de la plate-forme EMEA, présente les grandes lignes du développement de Natixis en Afrique tout en évoquant nos atouts pour réussir.

Comment expliquez-vous l’intérêt actuel pour le continent africain ?


Hélène Karam :
« L’Afrique cumule de nombreux atouts. Elle détient le tiers des réserves minières mondiales et une majorité de terres arables non encore exploitées. Elle connaît une forte croissance démographique, d’où une population très jeune, et voit l’émergence d’une classe moyenne et d’une consommation qui augmente. De plus en plus interconnectée avec les autres continents, elle jouit d’une relative stabilité politique, étend son secteur des services, possède d’importantes réserves de change et surtout bénéficie d’un taux de croissance parmi les plus élevés au monde.

Aussi, suscite-t-elle l’intérêt des grands acteurs économiques et financiers1, attirés par les perspectives de ressources en matières premières, de développement en matière de financements d’infrastructure (les pays africains en manquent cruellement), d’investissements sur les marchés de capitaux ou de commerce international. »

 

Où Natixis est-elle présente ?


H.K. :
« Même si Natixis n’est pas physiquement implantée en Afrique excepté en Algérie et un bureau de représentation en Egypte, elle intervient dans cette zone depuis de longues années à travers quatre métiers : Global Energy & Commodities, Aviation, Export & Infrastructure, Global Transaction Banking et Fixed Income. En  2013, Natixis figurait parmi les dix banques mondiales les plus actives en matière de financements structurés en Afrique2.

Natixis n’est pas la seule entreprise du Groupe BPCE à être représentée sur le continent africain. À travers son réseau de banques locales, BPCE  International3 s’est installée dans une dizaine de pays, dans des métiers de banque de réseau complémentaires à ceux de Natixis. »

 

Quels sont les perspectives et objectifs de développement de Natixis ?
 

H.K. : Son niveau dépendra du rythme de croissance du continent, particulièrement sensible aux soubresauts de l’économie mondiale et aux fluctuations du prix des matières premières.

Afin de garantir un rythme de croissance régulier en Afrique, Natixis va continuer à déployer ses franchises clés, tout en diversifiant ses activités et en développant des métiers aujourd’hui très porteurs comme les financements d’infrastructures ou le Trade et Commodities Finance. 

Natixis met également l’accent sur les marchés de capitaux. Les pays africains souhaitent de plus en plus y avoir recours pour se financer, à l’instar de la Tunisie ou du Maroc qui ont lancé avec succès des émissions obligataires dirigées par Natixis et d’autres pays de l’Afrique sub-saharienne souhaitent leur emboîter le pas.

Notre expansion en Afrique se fera bien entendu en accompagnement de nos clients et de nos partenaires, et en tenant compte des spécificités locales. »

 

Quels sont nos atouts pour réussir ?
 

H.K. : « Au-delà de nos expertises sectorielles et de nos équipes dédiées, nous bénéficions d’une large base de clients ou prospects de dimension internationale qui souhaitent être accompagnés en Afrique.

Nous sommes également bien armés pour continuer à investir le continent grâce à une politique très aboutie de gestion des risques. La majorité des financements des opérations conduites par nos métiers en Afrique bénéficient entre autres d'un « security package » sur l'actif sous-jacent, d'une couverture des  agences de crédit export ou d'assureurs privés, du soutien des bailleurs de fonds multilatéraux et bilatéraux, de paiements offshores ou de transferts du risque sur des contreparties internationales, clients de Natixis.

Nous pouvons par ailleurs capitaliser sur les implantations de BPCE International en nous appuyant sur leurs connaissances et infrastructures locales, avec la possibilité de nouer ensemble des partenariats afin de proposer aux clients nos produits et services les plus adaptés. »

 

1 Dont plus de la moitié des « investisseurs directs étrangers » depuis la crise de 2008
2 Source : PFI-Thomson Reuters
3BPCE International est la structure holding de pilotage des participations du Groupe BPCE à l'international. Elle compte poursuivre son déploiement en Afrique, notamment dans les pays situés à l’Ouest du continent

 

 

L’Afrique en bref

  • Second plus grand continent après l’Asie
  • 54 pays
  • Plus d’un milliard d’habitants
  • Revenu annuel par habitant : 500 à 19 000 dollars
  • Tiers des réserves minières mondiales
  •  Près de 60 % des terres non cultivées du monde
  • Seules 19 % des routes sont goudronnées
  • Plus de 225 Md$ de projets d’infrastructure actuellement en construction
    (sources : FMI, Banque africaine de développement, Deloitte on Africa 2014)