racine

Transcription de la vidéo : La Plate-forme dette

Rencontre avec Alain Gallois, directeur de la Plate-forme dette au sein de la Banque de Financement et d’Investissement

[Indication]

Logo Natixis
économie
marché
finance
développement durable
Paroles d'Experts

[Indication]

Quelles missions pour la Plate-forme dette de Natixis ?

[Indication]

Alain Gallois, directeur de la Plate-forme dette au sein de la Banque de Financement et d’Investissement

[Alain Gallois]

« Nous travaillons avec des clients de la banque : entreprises, institutions financières, des agences et des souverains. Nous essayons dans un premier temps de leur fournir un accès aux marchés des capitaux.
Notre deuxième rôle, c’est l’innovation. On essaie d’apporter à nos clients, quels qu’ils soient, des solutions sur mesure, qui correspondent exactement à leurs contraintes et à leurs problématiques.
Notre troisième mission, c’est de faire tourner le bilan de la banque. Par l’intégration des différentes équipes de la Plate-forme dette, on essaie d’optimiser l’utilisation du bilan de la banque auprès de nos clients et d’en assurer ou d’en optimiser la rotation auprès des investisseurs sur les marchés. »

[Indication]

Quelle est l’originalité de votre démarche ?

[Alain Gallois]

« On essaie, à partir d’une situation d’un client, de la transformer en solution, en étant plus rapide que nos compétiteurs.
L’autre clé, c’est d’essayer de travailler au mieux les synergies entre les différents produits que nous proposons dans la Plate-forme dette, en trouvant le produit ou plutôt la solution qui est le plus adapté à la contrainte ou aux besoins de nos clients.
Et enfin, troisième point, nous essayons de tenir compte des contraintes réglementaires. On a mis à la disposition de la Plate-forme dette des experts sur des problématiques importantes pour nos clients. Ça peut être la problématique Bâle III pour les banques, Solvency II pour les assureurs et les problématiques comptables d’IFRS. On essaie de faire travailler ces experts avec nos commerciaux pour qu’ils puissent proposer des solutions en tenant compte de ces futures contraintes réglementaires. »

[Indication]

Quel regard portez-vous sur le marché de la titrisation ?

[Alain Gallois]

« On a tout mélangé et on a estimé que la titrisation était néfaste. En fait, c’est la titrisation mal structurée qui est néfaste. Nous essayons donc de revenir à des fondamentaux et de proposer à nos clients émetteurs comme aux acheteurs et investisseurs, des titrisations fondées sur des actifs simples, des titrisations qui comportent des caractères très transparents et, enfin, un pricing de marché qui corresponde à la fois à ce que souhaitent les émetteurs et aux attentes des investisseurs. »

[Indication]

Logo Natixis
Paroles d'Experts
Copyright Natixis 2011