• Accompagner l’Unédic dans le financement du dispositif d’indemnisation chômage en période de crise sanitaire

    Réunion de travail
    #Business #Banque de Grande Clientèle
    Publié le 10/05/21
    Lecture 10 Min.

    Depuis l’émergence de la crise sanitaire et économique, de nombreux secteurs (loisirs, tourisme, restauration, hôtellerie, évènementiel, commerces non essentiels…) ont soudainement vu leur activité partiellement ou totalement arrêtée. Face à cette situation inédite, l’Unédic a renforcé ses dispositifs classiques d’assurance chômage avec l’instauration d’un ample dispositif d’activité partielle. Pour en assurer le financement, elle a choisi d’émettre des obligations sociales en se faisant étroitement accompagner par Natixis.

    Jun Dumolard, directeur des finances et de la comptabilité, et Lara Muller, directrice des études et analyses à l’Unédic, nous expliquent l’impact de la crise sanitaire sur l’emploi et évoquent les dispositifs mis en place par l’Unédic pour accompagner les salariés les plus vulnérables.

     

    Découvrez l’entretien tourné en partenariat avec Loopsider

      

     

    Qu’est-ce que l’Unédic ?

    L’Unédic est une association paritaire régie par la loi 1901 chargée de la gestion de l’assurance chômage en France au niveau réglementaire et financier. Elle est dirigée par les partenaires sociaux avec un nombre égal de représentants des salariés et des employeurs.

     

    Le recours au chômage partiel : un amortisseur économique et social à la crise

    Le dispositif de chômage partiel a pour objectif d’aider les entreprises confrontées à des difficultés temporaires, de nature économique, technique ou à la suite d’intempéries ou encore à des évènements exceptionnels. Il est financé pour 1/3 par l’Unédic et 2/3 par l’Ėtat.

    Avec la crise et les mesures de confinement,  plus d’un million d’entreprises ont eu recours au chômage partiel, soit les 2/3 des entreprises françaises. Tous les profils de salariés, jeunes, cadres … et tous les secteurs ont été impactés.

     

    Unedic Infog Chomage FR 

     

    La crise sanitaire a changé la donne !

    La crise a fortement impacté les finances de l’assurance chômage. Le volume de recettes a diminué d’environ 12 % en 2020 : moins d’actifs, plus de demandeurs d’emplois implique moins de recettes et davantage de dépenses.

    Cette situation a donc contraint l’Unédic à se refinancer sur les marchés financiers pour pouvoir indemniser la prolongation des droits au chômage et le chômage partiel.

     

    Recours aux marchés financiers pour se refinancer

    Pour faire face à la crise exceptionnelle que nous traversons, l’Unédic s’est tournée vers les marchés de capitaux afin de renforcer, via l’émission d’obligations sociales appelées également social bonds, le financement de ses dispositifs classiques d’assurance chômage tout en soutenant la mise en place de l’activité partielle. La promesse de développement durable liée à ces obligations permet de dédier le produit de l’émission exclusivement au financement de projets sociaux.

    « L’engagement de l’Unédic sur le marché des émissions sociales répond à l’intérêt général de tous nos bénéficiaires directs et indirects : entreprises, salariés ou demandeurs d’emploi. L’émission de social bonds répond à deux objectifs majeurs : financer les dispositifs de chômage sans avoir à alourdir les cotisations sur les salaires et participer à la sauvegarde de la société contre les aléas du marché du travail », déclare Jun Dumolard, directeur des finances et de la trésorerie de l’Unédic.

    Partenaire de longue date de l’Unédic sur l’ensemble des produits financiers classiques, Natixis l’a étroitement accompagnée, dès le début de la crise, en structurant le cadre (framework) d’émissions sociales et en préparant les émissions obligataires sociales qui ont suivi.

     

    Unedic Infog emissions FR

    Restez informé(e) de la prochaine publication.

  • Retour en haut de page