• Comment les banques peuvent-elles concrètement aider les entreprises à accélérer leur transition énergétique ?

    Green Momentum > Image > Cover & card
    #Transition verte #Business
    Publié le 21/12/21

    Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), le secteur de l'énergie dépend à 80 % des énergies fossiles qui sont reconnues comme étant les premières sources contributrices du réchauffement climatique. Pour permettre d’atteindre la neutralité carbone et la trajectoire de 1,5° C en 2050, il faudrait d’ici là réduire de 3 % par an la production mondiale de pétrole et de gaz et celle du charbon de 7 %. Autre condition : stopper les nouveaux projets d’exploration d’énergies fossiles à compter de 2021.

    Les enjeux sont d’autant plus élevés pour les secteurs dit « hard-to-abate » tels que mines et métaux, ciment, chimie ou encore transport, pour lesquels la transition énergétique est complexe du fait de son coût prohibitif ou du manque de technologies disponibles.

    Comment, dans un contexte de lutte contre le réchauffement climatique de plus en plus exigeant, un établissement financier comme Natixis peut-il aider concrètement les entreprises à accélérer leur transition énergétique ?

    Focus sur Repsol, leader sur son marché, spécialisée dans les activités d’exploration, de production, de raffinage du pétrole et de gaz naturel, et de distribution de produits pétrochimiques et d’électricité en Espagne. Soucieuse de sa responsabilité environnementale, la société oriente sa stratégie pour devenir une entreprise zéro émission nette d'ici à 2050. Elle a notamment revu à la hausse ses objectifs, en réduisant son intensité carbone de 15 % d'ici à 2025, de 28 % d'ici à 2030 et de 55 % d'ici à 2040. Elle s’engage également à réduire ses émissions absolues et son intensité d’émissions de méthane.

    David de Cáceres Nuñez, directeur du financement de Repsol, et Laurie Chesné, co-responsable de l’équipe de structuration et conseil en financement vert et durable au sein du Green & sustainable hub de Natixis Corporate & Investment Banking nous éclairent sur la manière dont Natixis accompagne l’entreprise dans sa transition énergétique.

    • Laurie Chesné
      Laurie
      Chesné

      Co-responsable de l’équipe de structuration et conseil en financement vert et durable au sein du Green & sustainable hub, Natixis

    • David de Cáceres Nuñez
      David
      de Cáceres Nuñez

      Directeur du financement, Repsol

    Réduire notre empreinte carbone, une priorité

    Si le CO2 (gaz à effet de serre produit principalement par les industries) a un pouvoir réchauffant moins fort que le méthane, produit notamment par l’agriculture, il a pour inconvénient majeur de persister plus longtemps dans l’atmosphère.

    Selon le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), les émissions de CO2 proviennent pour :

    • 25 % de la production de chaleur et d’électricité
    • 24 % de l’agriculture, sylviculture et utilisation des sols
    • 21 % de l’industrie
    • 14 % des transports
    • 10 % d’autres types de production d’énergie
    • 6 % des bâtiments


    Ces émissions ont des conséquences sur le climat, sur les océans dont elles favorisent la montée des eaux et l’acidification et enfin sur la biodiversité, causant la disparition exponentielle d’espèces : plus de 60 % des populations d'animaux sauvages ont disparu en l'espace de 40 ans. (Source : WWF).

     

    Décarboner l'industrie, un défi pour les entreprises

    La lutte contre le réchauffement climatique représente un défi pour les entreprises qui doivent concilier croissance économique et transition énergétique. L’utilisation d’énergies renouvelables nécessite de délaisser les énergies fossiles et d’investir dans des équipements coûteux mais qui permettront de rendre plus vertueux les cycles de production.

    « Cette transition prendra beaucoup de temps et demandera aussi beaucoup d’efforts. Les entreprises doivent faire face à un parcours long et difficile, qui implique une transformation profonde dans de nombreux cas », déclare David de Cacerez Nuñez chez Repsol.

     

    La finance, un levier considérable

    Dans ce contexte, les institutions financières ont un rôle essentiel à jouer pour accélérer la transition énergétique et écologique de leurs clients : elles ont la possibilité de soutenir leurs efforts de transition, de financer le développement des technologies bas carbone et de réduire les financements et investissements dans les secteurs fortement émissifs.

    Ainsi, Natixis CIB pilote l’impact climatique de ses activités en s’appuyant sur le Green Weighting Factor, un outil qui d’allocation du capital aux opérations de financement en fonction de leur impact sur le climat. Par ailleurs, la banque s’est fixé une trajectoire climatique en ligne avec un scenario 1.5°C à 2050 et a pris l’engagement de réduire de 15 %, d’ici à 2024, les financements accordés aux activités d’exploration-production de pétrole et de gaz, et d’augmenter le financement des énergies renouvelables (9 milliards d’euros de nouveaux financements sur 4 ans).

    En tant que partenaire financier de référence, Natixis propose à ses clients des solutions de financement innovantes sur l’ensemble de ses marchés et de conseil pour les accompagner dans leurs stratégies de transition énergétique.

    « Néanmoins, nous devons continuer à accompagner les entreprises du secteur de l’énergie dans leur transition énergétique car notre propre transition en dépend. A l’instar d’entreprises comme Repsol, clairement engagée dans la transition énergétique, que nous allons continuer à financer », précise Laurie Chesné.

     

    Infog-Repsol-FR

    Restez informé(e) de la prochaine publication.

  • Retour en haut de page