• Diversité et inclusion | James Cove : « Je veux jouer un rôle modèle »

    James Coves, Senior Vice President chez Natixis Investment Managers
    #Culture et talents
    Publié le 30/06/21
    Lecture 3 Min.

    Les hasards du calendrier valent parfois un bouquet de roses. Pendant ce mois de juin, mois des Fiertés, James Cove, Senior Vice President chez Natixis Investment Managers, fête ses vingt ans chez Natixis. Une belle fidélité qui souligne aussi comme ce jeune homme « timide et peu bavard » à son entrée dans l’entreprise a pu progressivement faire son chemin, dans un environnement favorable à son épanouissement professionnel et personnel.

    En tant que leader, j’ai un rôle modèle à jouer. Je tiens à favoriser le respect au sein des équipes et dans nos relations clientèle.

     

    Favoriser le respect

    « J’ai toujours fait en sorte d’être moi-même », précise Jim depuis Boston. Sa page LinkedIn, aux couleurs de l’arc-en-ciel, reflète bien son engagement. Mais il a souhaité aller plus loin encore, en créant l’an passé ce qu’on appelle aux États-Unis « un groupe ressources » pour les collaborateurs LGBT+. Son rôle : écouter, sensibiliser l’ensemble de l’organisation à toutes les dimensions de la diversité, et veiller à la mise en œuvre d’une politique inclusive au quotidien. « Cette initiative est partie du terrain, elle s’est nourrie des récits des collaborateurs et des collaboratrices », explique Jim. Le top management y voit une réelle avancée.

    « En tant que leader, j’ai un rôle modèle à jouer. Je tiens à favoriser le respect au sein des équipes et dans nos relations clientèle. Faire preuve d’empathie et de sincérité, cela permet de mieux se comprendre et donc d’éliminer un certain nombre de tensions. » La question des inégalités, de la violence raciale aux États-Unis, très présente dans l’actualité américaine l’an passé, a accéléré les prises de conscience. Ces sujets sont liés, Jim en est convaincu, car ils contiennent une part de préjugés, de méconnaissance, et génèrent des blocages. « Ce qui vaut pour les personnes LGBT+ vaut pour toutes les minorités. Quels que soient la couleur de peau, l’orientation sexuelle, l’âge, les origines sociales ou ethniques, le handicap, le genre, chacun doit avoir l’assurance qu’il sera traité avec respect et ressentir la confiance que l’entreprise met en lui ou en elle. »

     

    La culture de la confiance et du soutien permet de donner le meilleur de soi.

     

    Donner le meilleur de soi au travail

    Mais au contexte sociétal vient s’ajouter une nouvelle pression, celle des clients. « Nos plus grands comptes, comme Merrill Lynch, nous questionnent désormais sur la mise en œuvre de notre politique Diversité et inclusion. Ce n’est pas du discours, ce sont des attendus concrets, une demande de transparence sur des requêtes qui, si elles ne sont pas satisfaites, peuvent mettre un terme à nos contrats. S’ouvrir à toutes les formes de diversité est devenu un impératif de business. » La responsabilité sociétale des entreprises est donc observée de près aux États-Unis. Le risque serait de ne pas entendre cette demande, de plus en plus pressante.

    « Chacun a à y gagner. J’encourage une culture de la confiance et du soutien car c’est cela qui permet de donner le meilleur de soi au travail », plaide Jim. Vue d’ailleurs, les collaboratrices et collaborateurs de Natixis à Boston peuvent faire figure de pionniers. Jim est à l’image de cette capitale universitaire qui transmet ses valeurs de tolérance et d’ouverture au monde, et qui fait aussi sa fierté. Une ville gay-friendly, où il a pu épouser en 2007 « dès que cela a été possible », l’homme qui partage sa vie depuis 1995. Sa famille, ses amis l’ont toujours soutenu. Une attitude de non-jugement qu’il a retrouvé chez Natixis. Ses équipes, son mari le soutiennent. Jim, lui, souhaite voir se multiplier ces rôles modèles, dans toutes les entités, dans les entreprises globales comme dans les PME. « Je suis conscient de ma chance. Je sais que toutes les personnes LGBT+ ne bénéficient pas dans toutes les régions du monde d’un contexte aussi sécurisant ». C’est pourquoi il se mobilise volontiers et lance avec ferveur un plaidoyer pour le changement.

    Restez informé(e) de la prochaine publication.

  • Retour en haut de page