Stratégie

Regards croisés des dirigeants

François Pérol, Président du directoire du Groupe BPCE, Président du conseil d’administration de Natixis ; et Laurent Mignon, Directeur Général de Natixis, reviennent sur l’année 2015 et nous livrent leurs perspectives sur les mois à venir.

L-Mignon F-Perol

 

Quel regard portez-vous sur l’année 2015 ?

Laurent Mignon : Nous avons assisté en 2015 à une évolution profonde de notre environnement et au bouleversement de grands équilibres qui s’étaient installés depuis plus d’une décennie : ralentissement des marchés émergents, chute historique des cours du pétrole, et taux négatifs qui pénalisent l’activité d’intermédiation bancaire.
La volatilité des marchés depuis le milieu de l’année 2015, associée à une pression réglementaire croissante, rend l’exercice de notre métier très exigeant.
François Pérol : Pour autant, Natixis est une entreprise solide et bien préparée pour progresser dans cet environnement. Nos trois métiers coeurs ont connu une excellente dynamique commerciale en 2015.
Nos revenus sont équilibrés, nous avons développé nos implantations dans le monde et renforcé nos grandes franchises. Et j’ajoute que cet environnement est aussi porteur de nouvelles opportunités. Il nous engage à être plus innovants et toujours exemplaires dans l’attention que nous portons à nos clients.

 

Le plan stratégique New Frontier a été lancé fin 2013. Que pensez-vous du chemin parcouru ?

LM : Nous sommes en effet à mi-parcours de l’exécution de notre plan stratégique New Frontier, et convaincus de la pleine pertinence de l’ensemble de nos choix.
Nous avons poursuivi avec détermination la déclinaison opérationnelle de nos objectifs de développement et des étapes-clés ont été franchies en 2015. Nous avons renforcé significativement le poids de l’épargne dans nos revenus et accéléré l’internationalisation de nos métiers. Nous avons également conforté notre stratégie « asset-light » avec une
intensification de notre modèle Originate to Distribute, réalisé de nouvelles acquisitions dans nos métiers de la gestion d’actifs et enrichi la palette de nos expertises dans nos activités de fusions et acquisitions.

 

L-Mignon F-Perol2

Comment ces avancées s’inscrivent-elles dans la dynamique du Groupe BPCE ?

FP : Natixis porte directement plusieurs volets du plan stratégique du Groupe BPCE « Grandir Autrement » dans l’épargne, l’assurance et le développement international.

Dans l’assurance, où le groupe affiche des ambitions fortes, ce métier est désormais porté par un pôle d’expertise unique. Depuis le début de l’année 2016, les Caisses d’Epargne proposent à leurs clients des contrats d’assurance vie produits par Natixis. Nous progressons également rapidement en assurance non vie, sur la santé, les dommages et la prévoyance. De façon plus générale, les relations étroites entre les métiers de Natixis et les réseaux du groupe s’inscrivent dans une dynamique de croissance continue.

 

Le client semble tenir une place essentielle dans New Frontier. Pouvez-vous nous en dire davantage ?

FP : L’attention portée au client est extrêmement présente au sein de Natixis. Nos équipes sur le terrain, dans les Banques Populaires et les Caisses d’Epargne, le constatent et nos clients savent que tout est mis en oeuvre pour répondre à leurs attentes. Il y a également beaucoup d’innovations avec des offres nouvelles et des parcours plus fluides, ainsi que des expertises métiers très pointues, notamment dans les services financiers spécialisés,
dont les réseaux du groupe, comme nos clients, profitent directement.
LM : Je partage évidemment cette analyse. Natixis est une entreprise en croissance depuis de nombreuses années maintenant. Nous avons travaillé activement pour développer nos savoir-faire à travers le monde en prenant toujours en compte l’accompagnement de nos clients. Notre développement se construit sur la conscience très profonde que nous leur devons notre réussite. Cela nous engage à apporter à nos clients une qualité de service irréprochable. Leur confiance est notre plus belle récompense.

 

Et aujourd’hui, quels sont vos principaux défis ?

LM : Comme nous l’avons évoqué, la première partie de notre plan s’est déroulée conformément à nos objectifs, pour trois raisons essentielles : la préparation, la pertinence de nos choix stratégiques, et la qualité de l’exécution. Nous allons garder ce cap avec la même énergie que celle qui nous a portés jusqu’à aujourd’hui pour confirmer cette dynamique dans la durée : développer encore la qualité de nos offres pour nos clients tout en demeurant très attentifs à la maîtrise de nos risques.
Le contexte de marché dans lequel nous évoluons depuis plusieurs mois semble se pérenniser. Il nous incite à accélérer la transformation de nos métiers. L’innovation dont nous parlions à l’instant illustre la transformation digitale de Natixis. Elle est à l’oeuvre dans tous nos métiers avec de très belles initiatives, dont le programme SPARK*. Il s’agit d’un enjeu stratégique désormais majeur que nous déclinons en étroite collaboration avec le groupe.
FP : Le digital est une « révolution positive » pour nos clients et pour le groupe. Les métiers des Services Financiers Spécialisés de Natixis travaillent à la simplification de nos offres de banque de détail pour améliorer l’expérience client. Ils explorent des modèles en rupture, et nous nous engageons ensemble dans de nouveaux partenariats au sein de l’écosystème d’innovation.
La transformation est le thème retenu cette année pour illustrer la trajectoire dans laquelle se place Natixis parce qu’elle est constitutive de son modèle. Je suis pleinement confiant dans la capacité des équipes à poursuivre le développement de ses grands métiers de manière parfaitement synchronisée avec les attentes de ses clients et oeuvrer ainsi au plein succès des ambitions stratégiques de notre groupe.

 

*Programme de digitalisation des Services Financiers Spécialisés lancé en 2014.