Natixis accompagne l’Orchestre de Paris en Asie

©Mirco Magliocca

Dans la continuité de ses actions de mécénat « Patrimoines d’hier, Trésors d’avenir », Natixis accompagne l’Orchestre de Paris dans un nouveau projet. La banque soutient sa tournée asiatique - du 18 novembre au 3 décembre 2011 - au cours de laquelle amateurs japonais, sud coréens et chinois pourront découvrir des œuvres du patrimoine musical français.

 

Faire découvrir des œuvres musicales françaises au public asiatique

L’Orchestre de Paris parcourt les lieux les plus importants de la vie musicale asiatique, en Chine, au Japon et en Corée du Sud.

Cette année, Natixis soutient 2 concerts donnés au Suntory Hall de Tokyo et au National Center for the Performing Arts de Pékin. Au programme : des œuvres essentiellement issues du répertoire français : Berlioz, Messiaen et Ravel. Quelque 2 000 spectateurs sont attendus à chaque représentation.

En soutenant cette tournée en Asie, Natixis prouve la confiance qu’elle a en l’Orchestre de Paris et dans les qualités de cette formation.

 

Retour sur une collaboration fructueuse… et inscrite dans la durée

Depuis le début de leur collaboration en 2007, Natixis et l’Orchestre de Paris partagent un même objectif : diffuser au plus grand nombre des œuvres du patrimoine musical français et international, au-delà des publics avertis.

À cette époque, l’institution musicale était en quête d’un partenaire financier pour proposer l’écoute gratuite, sur son site Internet, d’œuvres exceptionnelles, notamment les 2 derniers concerts parisiens de Mstislav Rostropovitch, le plus grand violoncelliste du XXe siècle. Sollicitée, Natixis avait été immédiatement séduite par ce projet, qui entrait parfaitement dans le cadre de ses actions de mécénat « Patrimoines d’hier, Trésors d’avenir ». Ce projet permettait de rendre accessible des œuvres archivées faisant partie de notre patrimoine immatériel.

À nouveau sollicitée en 2010, Natixis avait réédité l’expérience avec enthousiasme en rendant disponible gratuitement, cette fois au format vidéo, l’intégrale des symphonies de Gustav Mahler enregistrées à la salle Pleyel sous la direction de Christoph Eschenbach.