Transcription de la vidéo : Paroles d'experts - Nathalie Broutèle

Paroles d'Experts - Nathalie Broutèle, Directeur Général de Natixis Assurances, filiale de Natixis, Groupe BPCE

[Incrustation]

Paroles d'experts

[Incrustation]

Quel est le métier de Natixis Assurances ?

[Nathalie Broutèle]

Nous existons depuis 25 ans et nous avons développé une expertise dans 3 types d’activité depuis tout ce temps : l’assurance vie individuelle et collective, l’épargne retraite, la prévoyance et l’assurance dommages aux biens (assurance automobile et habitation). Et un peu plus récemment, nous venons de développer une offre complète d’assurance emprunteur également, qui est évidemment une offre assez logique, puisque nous sommes un bancassureur.

[Incrustation]

Quelle est la valeur ajoutée de Natixis Assurances ?

[Nathalie Broutèle]

Alors, notre spécificité, c’est que nous sommes un bancassureur, donc nous nous adressons aux réseaux BPCE et tout particulièrement au réseau Banque Populaire. Donc ça veut dire que notre valeur ajoutée, c’est d’être capable de leur fournir des produits simples et clairs, parce que les chargés de clientèle en Banque Populaire ne sont pas des spécialistes de l’assurance. Donc voilà notre savoir-faire et voilà surtout l’exigence que nous nous donnons vis-à-vis d’eux. C’est aussi savoir, dans ce cas-là, s’effacer derrière la marque du distributeur, parce que c’est une marque forte, très implantée, la marque Banque Populaire notamment. Et donc c’est aussi un savoir-faire parfois d’ailleurs de s’adapter à plusieurs marques, puisque l’on s’adresse aussi aux réseaux du Crédit Maritime par exemple, qui fait partie des réseaux BPCE.

[Incrustation]

Quel est votre regard sur l’avenir du secteur des assurances ?

[Nathalie Broutèle]

Alors je vois un 1er enjeu qui est très significatif, qui est l’entrée en vigueur en 2014 des nouvelles règles prudentielles Solvabilité 2. Règles qui vont s’appliquer à l’ensemble des acteurs européens de l’industrie de l’assurance. Ça va nous donner une grande exigence, qui est de fabriquer nos produits, penser nos produits demain, en fonction des risques qu’ils présentent pour la compagnie et bien sûr pour les assurés, et de leur consommation en fonds propres. Donc on va devoir s’adapter à ce nouveau mode de conception de nos activités et de nos produits. Nous nous y préparons depuis quasiment 5 ans maintenant. On a fait un vrai projet d’entreprise. Et donc je pense que l’on a pris un temps d’avance, ce que tous les acteurs ne vont peut-être pas être capables de faire, parce que c’est une vraie révolution. Et donc je pense qu’il y aura aussi quelque concentration dans notre secteur à l’avenir.

Une 2e tendance très forte et qui ne touche d’ailleurs pas que l’industrie de l’assurance, mais qui est forte dans notre secteur, c’est les nouveaux modes de consommation de nos produits et notamment avec l’émergence des nouvelles technologies et d’Internet. Je ne suis pas de ceux qui pensent que les industries, ou plutôt les acteurs pure players, aient un avenir. Je pense au contraire que ceux qui vont s’en sortir dans cette évolution de la distribution, c’est ceux qui vont réussir à combiner à la fois des réseaux physiques forts, Internet bien évidemment en termes d’accès, le téléphone, et surtout ceux qui vont être capables de moduler leurs offres en fonction de ces différents canaux : leurs offres et les compétences qu’ils vont mettre aussi derrière les canaux de distribution en face des clients.

[Incrustation]

Logo Natixis
Paroles d'Experts
Copyright Natixis 2012