Transcription de la vidéo : Patrick Artus - Bilan économique 2013

Paroles d'Experts - Patrick Artus, directeur de la Recherche et des études de Natixis

[Indication]

Logo Natixis, Paroles d'Experts

[Indication]

Bilan économique 2013

[Indication]

Patrick Artus, chef économiste de Natixis

[Patrick Artus]

Alors 2013, c’est une année de transition puisque c’est l’année où on commence à penser que l’on sort vraiment de la crise dans un certain nombre de pays, aux États-Unis, au Royaume- Uni, au Japon, et même, à la fin de l’année, on voit des signes favorables dans les pays du sud de la zone euro. Ceci est dû à des expériences de politique monétaire très intéressantes et très originales avec de très fortes expansions monétaires aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Japon.

 

Au Japon, on a parlé des « abenomics » du nom du Premier ministre et dans ces trois pays il y a eu de considérables injections de liquidités dans l’économie qui ont fini par faire remonter les cours boursiers, remonter les prix de l’immobilier et faire repartir la demande des ménages. Donc on a une reprise économique qui est d’abord tirée par la politique monétaire et dont on voit pendant l’année 2013 qu’elle s’étend au reste de l’économie et on voit que les entreprises commencent à investir plus, les commandes repartent de même que le commerce extérieur, en particulier aux États-Unis, s’améliore. Donc, c’est vraiment une transition vers une reprise qui est vraiment une reprise plus globale dans ces trois pays.

 

Dans la zone euro bien sûr, c’est plus pénible. Parce que la politique monétaire est beaucoup moins expansionniste et que la reprise est beaucoup plus lente. Mais on commence aussi à voir un peu plus de consommation, beaucoup plus d’exportations, par exemple en Espagne, par exemple au Portugal, et puis avec la baisse des prix, l'inflation beaucoup plus faible, le pouvoir d'achat qui a été rendu aux salariés et qui permet de soutenir la demande. Donc ça c'est le côté bonne nouvelle. Donc on sait qu'en 2014, le point de départ est positif pour ces régions même si, à nouveau, la zone euro est en retard sur les autres pays de l'OCDE.

 

Le point négatif de 2013, c'est le déclenchement de la crise dans certains pays émergents, grands émergents, le Brésil, l'Inde, la Turquie, l'Afrique du Sud, l'Indonésie. C'est une crise assez traditionnelle. Ces pays avaient des déficits extérieurs très importants puisqu'ils avaient une demande intérieure très dynamique et à un certain moment, vers la fin de 2012 et surtout à partir du printemps de 2013 justement, quand on a pensé que les politiques monétaires avaient besoin d'être moins expansionnistes maintenant, aux États-Unis en particulier, les investisseurs ont eu beaucoup plus d'hésitations pour financer ces déficits extérieurs et on a commencé à voir l'affaiblissement des devises de ces pays, des déficits extérieurs plus compliqués à financer, le recul des cours boursiers et puis le freinage de la croissance puisque comme les devises de ces pays s'affaiblissaient, tout ce qui est importé est bien plus cher et ceci freine la consommation intérieure.

 

Sur les marchés financiers, c'est une année très exceptionnelle puisque les investisseurs sont partis dans les deux bonnes directions. La première direction c'était le redressement des marchés d'actions, tiré par l'idée qu'il y avait reprise économique, et aussi par l'idée que la crise de la zone euro était maintenant, en tout cas dans sa partie la plus dure, la plus forte, quelque chose du passé. Et puis la seconde idée ça a été une politique monétaire très expansionniste en particulier au Japon qui faisait remonter le prix des actifs et donc on a eu des marchés financiers incroyablement porteurs avec des endettements extraordinairement élevés : marché d'actions, marché des dettes européennes… Donc c'est une année tout à fait exceptionnelle pour les marchés financiers avec un optimisme parfois exagéré des investisseurs mais qui sortent de trois ou quatre années de crise avant et donc dès que les signes deviennent favorables on a des flux très importants d'investissements qui ont fait remonter les marchés.

[Indication]

Logo Natixis Paroles d'Experts Copyright Natixis 2014