Natixis : 10 ans de lutte et de progrès contre le paludisme

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme, célébrée chaque année le 25 avril, Natixis réaffirme son engagement contre ce fléau.

Le paludisme est à l'origine de près de 600 000 morts par an et entrave le développement des pays touchés. Engagée depuis 10 ans dans la lutte contre le paludisme, Natixis soutient des programmes de prévention et de traitement dans plusieurs pays d'Afrique. De même, elle finance des travaux de recherche de l'Institut Pasteur sur la résistance des parasites aux traitements antipaludiques.

Un soutien sur le terrain

Depuis 2005, Natixis accompagne l'ONG Plan International pour la mise en place de programmes de prévention au Cameroun, au Burkina Faso et au Togo.

En 2015, la banque soutient un programme de lutte contre le paludisme au Togo auprès de 18 000 enfants et 4 000 femmes enceintes dans 52 villages.

Les activités mises en œuvre  permettront notamment la formation du personnel de santé et la dotation en tests de diagnostic rapide et médicaments antipaludiques.

Palu PB060137 vignette

L'accompagnement des travaux de recherche

Natixis apporte également depuis 10 ans un soutien aux programmes de recherche de l'Institut Pasteur consacrés notamment à l'étude de la résistance des parasites aux traitements antipaludiques.

En 2015, le mécénat de Natixis contribue à la réalisation d'une cartographie mondiale couvrant toutes les zones d'endémie en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud, en coordination avec les réseaux internationaux de recherche sur le paludisme.

Des progrès remarquables dans la lutte contre le paludisme

Le dernier rapport de l'OMS sur le paludisme dans le monde révèle que la maladie a déjà nettement reculé. Le taux de mortalité liée au paludisme a ainsi chuté de 47 % entre 2000 et 2013 au niveau mondial. Cela représente plus de 4,3 millions de décès évités, dont 3,9 millions d'enfants de moins de 5 ans.

Les programmes soutenus par Natixis depuis 10 ans ont permis de protéger près de 100 000 femmes enceintes et jeunes enfants.