BREXIT : Les 3 conséquences de la démission de Theresa May

Theresa May a annoncé qu'elle démissionnerait le 7 juin. Cela déclenchera une course au leadership. Quelles sont les trois conséquences majeures à prendre en compte ?

René Defossez, économiste UK et stratégiste Fixed Income vous livre son analyse à travers ce podcast à écouter.

MayTheresa-SoundCloud800x800-VA

 

Theresa May a annoncé qu'elle démissionnerait le 7 juin. Cela déclenchera une course au leadership. Elle restera en poste jusqu'à ce qu'un nouveau Premier ministre soit élu. Cette décision, bien que prévue, a de nombreuses conséquences :

1. Le projet de loi sur l'accord de retrait est probablement mort.

En effet, il est peu probable que le prochain Premier ministre soumette ce texte une quatrième fois aux députés britanniques. Il pourrait évidemment essayer de renégocier l'accord avec l'UE27, mais Bruxelles a précisé que la version actuelle est la version finale. La seule chose qui pourrait éventuellement être modifiée est la déclaration politique. Mais cela ne résoudrait pas le problème principal, qui est le backstop irlandais, le protocole garantissant l'absence de frontière physique entre l'Irlande du Nord et la république d'Irlande.

2. Theresa May sera probablement remplacée par un «Brexiter».

B. Johnson est considéré par beaucoup comme un successeur possible. Mais il y a beaucoup d'autres candidats, dont Michael Gove, Dominic Raab, Amber Rudd ou Jeremy Hunt. Le ministre de l'intérieur, Sajid Javid, est également candidat. La probabilité d'un Brexit dur dépendra en partie du futur Premier ministre. Elle serait élevée si B. Johnson était le vainqueur, plus faible si Amber Rudd gagne, car elle est fermement opposée au Brexit.

3. Comme la démission de Theresa May diminue la probabilité de ratification du WA, elle a évidemment un impact significatif sur les marchés financiers.

La livre sterling s'affaiblit depuis plusieurs jours, puisqu'il était devenu évident que T. May allait tôt ou tard se retirer. Elle restera sous pression aussi longtemps que la probabilité d'un NDB restera élevée. Les taux d'intérêt britanniques sont en baisse, principalement parce qu'il est très peu probable que la BOE modifie sa politique monétaire dans cet environnement. Et le B/E des obligations indexées britanniques est très élevé, car une livre sterling en baisse alimenterait l'inflation et les anticipations inflationnistes, même dans un contexte de croissance économique faible.

 


Theresa May n'était qu'une petite partie du problème. Les principaux problèmes étaient les divisions à Westminster, y compris au sein des partis, et le mismatch entre démocratie directe et démocratie parlementaire. Ces problèmes ne peuvent être résolus en élisant un nouveau Premier ministre. Il serait donc très optimiste de s'attendre à ce que l'impasse politique actuelle prenne rapidement fin.

Alors que va-t-il se passer ? Plusieurs scénarios sont encore possibles, y compris ceux qui conduiraient à des élections générales ou à un deuxième référendum. Un nouveau report du Brexit ne peut pas être totalement exclu. Mais nous pensons que la probabilité d'un Brexit sans accord à la fin du mois d'octobre est désormais importante. Le no-deal Brexit peut évidemment être géré, via des plans d'urgence et des plans de continuité, mais il s'agirait toujours d'un NDB. Le Royaume-Uni tomberait probablement en récession, dont la gravité dépendrait de la manière dont les entreprises et les gouvernements ont anticipé le choc. Et une récession au Royaume-Uni aurait un impact très négatif sur l'activité économique des pays de l'UE.

Enfin, le problème de la frontière irlandaise resterait sans solution et on ne peut exclure qu'un référendum soit organisé en Irlande du Nord, ce qui pourrait bien conduire à une réunification de l'Irlande. L'Ecosse pourrait également organiser un référendum.


En résumé, la démission de Theresa May ne résout rien. Si le Royaume-Uni se dirigeait vers un Brexit sans accord, il serait rapidement confronté à un énorme risque économique, voire existentiel.