Challenge 2020 de la Chaire X-HEC : une plongée au cœur de la data

De nombreux étudiants aux parcours et profils variés sont intégrés dans des projets, des initiatives ou des laboratoires spécifiquement dédiés à leurs compétences chez Natixis. Innovations, nouvelles technologies, cas business : ces talents apportent un dynamisme et une ouverture d’esprit à de multiples équipes. Quelles sont leurs attentes, leur vision du monde professionnel et notamment celui du secteur bancaire ? Découvrez dans notre dossier le portrait de Joséphine Nordin.

Joséphine Nordin Natixis

Joséphine Nordin : « Ce challenge m’a confortée dans mon projet de start-up »

 

 

Après huit ans passés à l’école américaine de Dubaï, Joséphine Nordin est admise dans le Master Data Science for Business, un double programme entre l’Ecole Polytechnique et HEC Paris. La première année à Polytechnique est très technique, la deuxième à HEC permet de mettre en application les skills appris pendant la première dans un contexte business. C’est ce qui l’a amenée à rejoindre la chaire internationale d’enseignement et de recherche Business Analytics for Future Banking, née en 2018 du partenariat entre Natixis, l’X et HEC. « Au départ, ma matière préférée, ce sont les mathématiques » raconte-t-elle. « Et plus encore, allier les mathématiques et l’économie, comprendre ce qui se passe dans le monde, l’évolution des mécanismes financiers. J’ai fait mon premier stage en salle des marchés. Pour moi, la banque était une évidence. Ce secteur évolue tellement vite. Et puis, je me suis intéressée aux start-ups de la fintech qui allient finance et technologie. C’est là que j’ai commencé à faire du code. Cela m’amusait, j’avais envie d’être dans un secteur porteur. Quand on comprend tout ce que les mathématiques, les nouvelles données, les algorithmes permettent d’améliorer, c’est vraiment passionnant. Relever le challenge de Natixis m’a permis d’appréhender encore mieux tout cela. » En première année de master, Joséphine s’est acclimatée à la data science, c’est à-dire à la compréhension et au traitement des données, puis au data cleaning, ou « lavage » des données, qui permet de sélectionner les informations intéressantes pour un sujet donné, avant d’apprendre à émettre ses propres hypothèses et créer ses algorithmes.

« Utiliser toutes les informations afin de créer une valeur ajoutée pour l’entreprise »

La deuxième année l’a encore plus passionnée. « Ce qui m’intéresse, c’est d’utiliser toutes ces informations pour créer une valeur ajoutée pour l’entreprise. » Ce challenge a été le déclencheur pour Joséphine. « Pour moi, ces derniers mois ont été les meilleurs. Les équipes de Natixis étaient mobilisées, disponibles pour nous aider. On a passé beaucoup de temps à échanger pour voir comment on pouvait travailler ensemble. » Joséphine s’est consacrée à un projet pilote consistant à identifier les opportunités de cross selling entre deux départements bancaires. « À l’issue de ces deux semaines, nous avons présenté notre sujet devant les membres du comité de direction générale de Natixis. Nous avons remporté le challenge et nous sommes revenus début juin, chez Natixis, pour achever le projet. C’était génial de travailler en tant que data scientist externe pour une grande entreprise. Chaque matin, nous avions des "morning stand-ups". On pouvait poser toutes nos questions, apporter notre expertise métier en matière d’automatisation et le faire valider avec les personnes qui allaient utiliser le système. Notre projet a obtenu le feu vert. »
Pour autant, aujourd’hui, Joséphine a revu sa copie. « Travailler dans la banque, ce n’est plus ce que j’ai envie de faire. Le Challenge Natixis m’a convaincue d’aller au bout du projet qui me trottait dans la tête depuis un moment : créer avec un ami une start-up grâce à laquelle les hommes trouveront en ligne une réponse à leurs problèmes de calvitie. La start-up Veuch est née ; l’algorithme fonctionne et s’améliore avec une gamme de produits qui sera prête d’ici à septembre 2020. »

Portrait Caroline Richard Natixis

Caroline Richard, Chief of staff du Chief Digital and Technology Officer de Natixis : « Dans le cadre de la chaire Business Analytics for Future Banking qui unit HEC, Polytechnique et Natixis, les étudiants inventent aujourd’hui les emplois de demain à travers un challenge Data. »

« En fin d’année 2018, sous l’impulsion d’Anne Lebel, directrice des ressources humaines de Natixis et Luc Barnaud, Chief Digital and Technology Officer de Natixis, nous nous sommes associés pour cinq ans à deux écoles prestigieuses, Polytechnique et HEC, afin d’explorer l’utilisation des données (data) qui est au cœur de la transformation numérique de nos activités et interagir sur ces sujets avec de jeunes talents. Côté Natixis, l’idée est de déployer une culture data, d’embarquer nos équipes pour qu’elles s’investissent sur ces sujets et conçoivent des cas d’utilisation de la data au service de nos clients et de notre efficacité opérationnelle. Côté étudiants, à travers ces challenges de très courte durée, ils sont confrontés à des sujets concrets, avec de vraies données et un accès direct à nos métiers pour échanger et collaborer afin de proposer des pistes de solutions innovantes à nos problématiques. Les échanges sont toujours très riches car les étudiants nous challengent aussi sur la façon d’aborder nos problématiques et sur les nouvelles tendances et technologies du marché. »