Natixis Combined Shareholders' Meeting of May 28, 2019 - report (In French only)

 

Compte-rendu de l’assemblée générale mixte des actionnaires de NATIXIS du mardi 28 mai 2019

L’assemblée générale des actionnaires de Natixis a été présidée par Laurent Mignon en sa qualité de  président du conseil d’administration de Natixis. Le directeur général de Natixis, François Riahi, ainsi que les membres du conseil d’administration étaient également présents.

Plus de 300 actionnaires de Natixis se sont déplacés au Palais Brongniart de Paris.                       

Après un rapide rappel du dispositif de communication avec les actionnaires et des trois distinctions reçues par Natixis depuis la dernière assemblée de 2018, le président a indiqué que, de la consultation préalable ouverte à tous les actionnaires de Natixis réalisée en avril 2019 et à laquelle 250 actionnaires ont répondu, quatre principaux thèmes s’étaient dégagés à 65 %.

Cette enquête a conduit à la présentation des sujets relatifs à l’action Natixis, l’affectation du résultat, la stratégie et les rémunérations des dirigeants.

A partir d’une question posée lors de la consultation, un film sur le contexte économique dans lequel évolue Natixis a été projeté. Patrick Artus, chef économiste de Natixis, a répondu à une question sur la conjoncture internationale.

Résultats financiers 2018 de Natixis – Dividende 2018

Puis François Riahi, le directeur général, a exposé les résultats 2018.

Il a rappelé que 2018 a été la deuxième meilleure année de l’histoire de Natixis avec un produit net bancaire s’élevant à 9,5 milliards d’euros, un résultat brut d’exploitation à 2,8 milliards d’euros et un résultat net à 1,6 milliard d’euros, soit à peine 6 % inférieur à au record de 2017.

Hormis un événement de nature exceptionnelle sur l’activité de dérivés actions en Asie à la fin de l’année 2018, les résultats financiers de 2018 auraient été record et très proches des objectifs pour 2020, le retour sur fonds propres tangibles se serait élevé à 13,9 %, soit à un niveau record. Le produit net bancaire des métiers a été en hausse de 5 % à taux de change constant.

François Riahi a confirmé les objectifs financiers à horizon 2020 et la politique de dividende ordinaire de Natixis qui consiste en un taux de distribution supérieur à 60 % sur chaque année du plan stratégique. En conséquence, au titre de l’année 2018 le taux de distribution sera de 64%.

 

Le paiement de 0,78€ par action, soumis au vote, sera composé :

- d’un dividende de 0,30 € en numéraire par action, au titre de l'exercice 2018, et

- d’un dividende exceptionnel de 0,48 € en numéraire par action, dans le cadre de la cession par Natixis des activités de banque de détail à BPCE S.A.

Les dates prévues sont respectivement le 31 mai 2019 pour le détachement et le 4 juin 2019 pour le paiement.

 

Développements du plan stratégique « New Dimension 2018-2020 »

Ensuite, François Riahi a indiqué que le plan New Dimension était parfaitement aligné avec celui de New Frontier qui l’a précédé. Cette cohérence et cette continuité dans la stratégie de Natixis se sont traduits notamment par une surperformance de l’action Natixis par rapport à son benchmark qui est l’indice bancaire européen (depuis près de 10 ans).

La cession des activités de banque de détail à BPCE, projet qui avait été annoncée le 12 septembre dernier et qui a été finalisée comme prévu à la fin du premier trimestre 2019, s’inscrit parfaitement dans l’esprit du plan New Dimension et a permis à Natixis de renforcer sa manœuvrabilité stratégique et son potentiel de création de valeurs.

Cette tendance est également vraie au regard de la performance de l’action depuis le lancement du dernier plan stratégique, le plan New Dimension.

Une étude présentée l’année dernière et qui a été mise à jour montre que Natixis se classe au rang numéro quatre des banques mondiales créant le plus de valeur pour ses actionnaires et numéro un pour les banques européennes.

 

AG2019 8956 DSC 2023 planND FR

Développements du plan stratégique « New Dimension 2018-2020 »  par François Riahi, le directeur général de Natixis

Résultats du 1er trimestre 2019

François Riahi a indiqué que le premier trimestre 2019 a été marqué par des difficultés persistantes pour les activités de marchés dans l’ensemble des banques après un quatrième trimestre déjà difficile sur ces activités.

Les métiers non liés aux marchés ont affiché un niveau de revenu en croissance forte avec, par exemple, une croissance du produit net bancaire de 11 % sur les paiements, de 7 % sur l’assurance ou encore de 6 % sur les activités de banque d’investissement et de conseil en fusions-acquisitions.

La solvabilité a été renforcée avec un ratio de fonds propres durs Core Tier One à 11,3 % fin mars. Il se situe donc nettement au-dessus de l’objectif 2020 qui demeure à 11 %.

Le métier Paiements

17  DSC 2082

Le métier Paiements par Pierre-Antoine Vacheron 

Ensuite, Pierre-Antoine Vacheron, qui est membre du comité de direction générale de Natixis et en charge des activités de paiement, a présenté les trois éléments de la stratégie du groupe dans ce domaine : la révolution digitale, la technologie et l’évolution réglementaire.

Il a indiqué que cette stratégie s’inscrit dans un environnement en mutation accélérée.

La stratégie du groupe BPCE et de Natixis au sein du groupe consiste à s’adapter à cette nouvelle donne en regroupant l’ensemble des compétences existant dans le groupe dans le domaine des paiements dans une seule entité qui est désormais un pôle au sein de Natixis. Il s’agit du quatrième pôle d’activité.

Pierre-Antoine Vacheron a rappelé ensuite l’objectif du plan New Dimension : arriver à l’horizon 2020 à 50 % du PNB généré par les activités paiements en direct et donc à l’extérieur des réseaux bancaires.

 

Focus sur la Responsabilité Sociale et Environnementale (RSE) dans les métiers de Natixis

                                                              

  33  DSC 2188

Table ronde sur la Responsabilité Sociale et  Environnementale (RSE) dans les métiers de Natixis

Puis Louis Douady, le directeur de la RSE de Natixis, a animé une table ronde sur la RSE dans les métiers de Natixis.

Anne-Laurence Roucher qui est directrice générale déléguée de Mirova (une des sociétés de gestion d’actifs spécialisée dans ce domaine) a indiqué qu’il s’agit pour le Groupe de répondre à la demande des épargnants qui souhaitent globalement donner plus de sens à leur épargne. Elle a rappelé que 63 % des épargnants en particulier français souhaitent intégrer une notion environnementale ou sociale dans leur décision d’investissement.

Natixis Investment Managers est pionnier et actif depuis 35 ans dans le domaine de l’investissement responsable.  Les fonds proposés investissent dans des thèmes qui permettent de financer un monde plus durable, tels que la transition environnementale, le thème de l’eau, sur le thème des infrastructures, le thème de la création d’emplois en France ou encore sur le thème des femmes leaders.

La performance de ces fonds combine tout à fait cette dimension à la fois « impact gouvernemental et social » d’une part et « performance financière » d’autre part.

Jean-François Lequoy, le directeur général de Natixis Assurances, a indiqué que les assureurs disposent en fait de plusieurs leviers pour contribuer au maintien d’un monde durable. Ils peuvent par exemple le faire au travers des produits d’assurance qu’ils commercialisent en accordant - par exemple, comme nous le faisons chez Natixis Assurances – des avantages tarifaires aux véhicules électriques ou aux petits rouleurs (aux véhicules qui roulent peu).

La démarche d’investisseur responsable qui est partagée avec tous les métiers de Natixis Assurances  s’articule autour de trois axes.

Le premier axe consiste à respecter les politiques d’exclusion mises en œuvre par Natixis en 2016 et 2017 dans le domaine du charbon, du tabac ou des sables bitumineux.

Le deuxième axe consiste en une démarche d’évaluation des actifs selon deux dimensions en mesurant l’empreinte carbone de toutes les entreprises ou des acteurs économiques financés et en leur attribuant une note ESG en partenariat avec Mirova qui mesure leur engagement dans ces domaines environnementaux, sociaux et de gouvernance.

Aujourd’hui près de 70 % des actifs sont notés, l’ambition est d’atteindre les 100 % rapidement.

Enfin, Natixis Assurances a aligné sa politique d’investissement sur les objectifs fixés par la trajectoire de degré dans les accords de Paris : chaque année 10 % des investissements sont des actifs verts avec l’objectif qu’au plus tard en 2030 ces actifs verts représentent 10 % de nos encours.

Marc Vincent qui est responsable mondial de la Banque de Grande Clientèle (BGC) a rappelé qu’au sein des portefeuilles gérés, près de 68 % de ces projets sont des projets de financement d’énergies renouvelables.

Au-delà de cet engagement fort, la BGC a développé une approche appelée le Green Weighting Factor. Ce mécanisme interne assez innovant d’optimisation de nos financements et d’allocation des financements. Il s’agit de coloriser les différents financements pour favoriser les financements les plus vertueux par le biais d’une taxonomie selon une trajectoire en ligne avec les engagements pris dans le cadre des accords de Paris en 2015.

The Banker a désigné Natixis comme étant l’institution financière la plus innovante en matière de finance verte et de finance responsable

Puis Marc Vincent a indiqué que cette stratégie verte est créatrice de valeur pour la BGC et également pour les clients. Les enjeux des investissements de la transition énergétique s’élèvent à près de 900 milliards par an. Natixis doit être partie prenante à cet effort, à cette réorientation de l’investissement vers des produits verts. Ces préoccupations sont majeures et au centre dialogue stratégique avec les clients.

Enfin, au sein de la stratégie « originate to distribute » (c’est-à-dire constituer des actifs pour ensuite les distribuer aux investisseurs), les investisseurs demandent de plus en plus de produits verts.

Annonce stratégie climatique : abaissement du taux d’exclusion appliqué aux projets financés dans le charbon de 50 % à 25 %

Puis Louis Douady a rappelé que Natixis était la première banque à sortir une politique charbon en 2015 parmi les acteurs bancaires français. Il a annoncé que cette politique va être revue en abaissant le seuil d’exclusion appliqué aux projets et aux entreprises financés de 50 % à 25 %. Il a précisé que cette politique détaillée sur le sujet sera publiée en juin.

Gouvernance de Natixis

Laurent Mignon a ensuite exposé rapidement la gouvernance de Natixis, son articulation et les travaux du conseil d’administration.

L’activité du conseil d’administration en 2018 a été soutenue puisqu’il s’est réuni à onze reprises avec un taux moyen d’assiduité de ses membres de 94 %. Par ailleurs, le taux de mixité du conseil s’est établit à 46,6 % avec 7 femmes sur 15 membres en conformité avec les dispositions du Code AFEP-MEDEF et de la loi Copé-Zimmermann.

Le conseil comprend cinq comités spécialisés tous présidés par un administrateur indépendant dont le président rappelle le nom du président et les missions.

Le directeur général s’appuie lui-même sur deux comités qu’il préside : le comité de direction générale (composé de onze membres) et le comité exécutif (43 membres).

Travaux du Comité des rémunérations

Nicolas de Tavernost, le président de ce comité, a présenté les travaux de cette instance concernant les rémunérations des mandataires sociaux et de la population régulée.

Puis les représentants des cabinets Deloitte et Associés et PwC ont présenté les rapports des commissaires aux comptes et certifié les comptes de Natixis pour 2018. Après les explications des résolutions soumises au vote par la secrétaire de l’assemblée (cf. brochure de convocation), les actionnaires ont été invités à poser leurs questions.

Séance de questions réponses

Les questions des actionnaires ont porté principalement sur les thèmes suivants :

 -       La Responsabilité Sociale et Environnementale : le soutien et l’adhésion de Natixis aux objectifs de l’accord de Paris, la décision d’abaisser en matière de politique charbon le seuil d’exclusion sur les entreprises de 50 à 25 %, ainsi que le financement de projets liés au gaz naturel liquéfié ou dans le nucléaire,

-       L’activité de Natixis, sa solvabilité, le métier des paiements, les mesures prises depuis la perte sur les produits dérivée en Asie et les rémunérations de la population régulée,

-       L’évolution du cours de bourse, le dividende, le projet abandonné de regroupement des actions, ainsi que l’écart existant entre l’actif net par action et l’actif net réévalué.

 Il a été répondu à l’ensemble des questions des actionnaires présents dans la salle. Puis, les actionnaires, qui représentaient 84,18 % des droits de vote, ont adopté l’ensemble des résolutions présentées.

La retransmission vidéo intégrale et la présentation de l’assemblée générale sont disponibles pendant cinq ans sur http://www.natixis.com