APAC : Perspectives 2020 - Podcast

Le bilan 2019 est lourd pour l’Asie : la guerre commerciale sino-américaine, l'incertitude géopolitique et le Brexit ont été la source de petites poudrières au lieu d’un feu d’artifice espéré. Malgré un climat tendu et peu propice à la croissance économique, les marchés asiatiques sont restés stables, en grande partie grâce au soutien apporté par la Fed à toutes les banques centrales de la région. Que réserve l'année 2020 pour les économies asiatiques ?

Nos experts de la région APAC vous livrent leur point de vue pour comprendre quels faits majeurs de 2019 auront un écho particulier en 2020 : 

  • Alicia Garcia Herrero - Chief Economist, Asia Pacific
  • Trinh Nguyen - Senior Economist, Emerging Asia
  • Jianwei Xu - Senior Economist, Greater China
  • Kohei Iwahara - Senior Economist, Japan & Pacific
  • Gary Ng - Economist, Sectorial Research, Asia

Cliquez sur le podcast pour découvrir leurs analyses (en anglais) :   

Natixis Podcasts RESEARCH

L’évolution continue de la situation géopolitique rend difficile de prévoir avec certitude ce que l’année 2020 réserve pour les marchés asiatiques.  

Si l'impasse du Brexit semble avoir été partiellement résolue et que la guerre commerciale semble toucher à sa fin, la récente escalade des tensions géopolitiques au Moyen-Orient apporte son lot d’incertitudes.   

Si l’on observe ces tendances de plus près, un repli économique général est certainement à prévoir. 

- Sous un prisme cyclique, les perspectives apparaissent positives. L'affaiblissement du dollar et les réductions des taux de la Fed en 2019 contribueront à soutenir les économies asiatiques en 2020.
- Sous un prisme structurel, les perspectives sont plus nuancées à l'exception de l'Asie du Sud-Est :

  • En Chine, plusieurs facteurs risquent de freiner la croissance économique et par extension celle des pays voisins. En effet, il faut prendre en compte le renforcement de la concurrence stratégique qui les opposent aux États-Unis, les changements démocratiques en place et la faiblesse croissante de la demande intérieure. 
  • Par conséquent, le risque de crédit de la Chine pourrait augmenter en 2020. Les banques de faible envergure, qui représentent les prêteurs principaux pour les petites entreprises, auront du mal à obtenir des liquidités. Cela entraînera inéluctablement une augmentation du rachat de ces petites banques par l’État. L'écart de santé financière entre les entreprises privées et publiques devrait également se creuser, avec un pourcentage croissant de défauts de paiement provenant du secteur privé. Les entreprises publiques ne seront pas en reste. Il est à prévoir de nombreux manques à gagner si l’on prend en compte les efforts majeurs entrepris par le gouvernement chinois pour soutenir ces entreprises dans une conjoncture économique qui se dégrade. Les secteurs où la croissance des prix est faible subiront également des tensions. 
  • Les sociétés japonaises tireront leur épingle du jeu par rapport à leurs homologues chinoises. Cependant, les hausses des taxes à la consommation, le ralentissement du commerce mondial et les réformes structurelles en suspens pourraient étioler l’économie en marge des prochains Jeux Olympiques.