CORONAVIRUS, un impact contagieux pour l’économie (03/03/2020)

L’apparition du coronavirus en Chine a impacté l’économie chinoise, et à plus grande échelle celle du monde. Le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) lié au coronavirus avait déjà provoqué une épidémie en 2003, mais la situation macroéconomique actuelle est très différente cette fois-ci. Quelles implications économiques devons-nous nous attendre du Covid-19 ?

Natixis Podcasts RESEARCH
Écoutez en anglais l’analyse de nos experts à travers ce podcast :

  • Jianwei Xu - Senior Economist, Greater China
  • Gary Ng - Economist, Sectorial Research, Asia
  • Philippe Suchet – Financial Analyst
  • Radek Jan - Infrastructure and Green & Sustainable Analyst

 

Malgré l’importante paralysie de l’économie chinoise, les prévisions de croissance pour 2020 sont estimées à 5,5 %, contre les 5,7 % initialement prévues, car un plan de relance est à prévoir pour compenser cette crise, une fois l’épidémie maîtrisée. En Europe, les prévisions de croissance passent quant à elles de 0,1 % à 0,7 %.

Les secteurs les plus touchés par cette crise sont avant tout l’hôtellerie, l’infrastructure (y compris les transports) et les matières premières. L’arrêt temporaire de la production de nombreuses industries à Wuhan a réduit les besoins en matières premières, ce qui a entraîné une forte chute des prix des métaux et du pétrole. Wuhan est un centre logistique majeur, où les trains restent dorénavant en gare et les avions cloués au sol. Cela génère de graves perturbations dans d’autres régions, et également dans d’autres pays.

L’ampleur de l’impact demeure inconnue. Il sera certainement plus fort qu’en 2003, surtout si l’on prend en considération le fait que l’économie chinoise représente près de 19 % de l’économie mondiale et qu’elle est principalement dépendante de la consommation. Si le choc économique est temporaire et suivi d’une forte reprise, les impacts sur les secteurs et les pays seront très différents. 

« Tandis que les nouveaux foyers d’expansion du virus Covid-19 en Corée du Sud et en Italie font craindre un risque de pandémie, les impacts de cette crise sanitaire sur les secteurs les plus touchés commencent à peine à être chiffrés. L’IATA indique notamment s’attendre à une baisse du nombre de passagers aériens pour la première année depuis 2009. » 
Thibaut Cuillière, Responsable Recherche ENR & Real Assets chez Natixis